Une semaine sur l’île de Chiloé


Bien que l’île de Pâques nous ai mystifié, nous avons tout de même repris nos sacs à dos afin de nous envoler pour le Chili ! Certes, Rapa Nui est une île chilienne, mais tout de même situé à pas moins de 3000 km de Santiago… C’est d’ailleurs dans cette immense capitale que nous ferons nos premiers pas en Amérique du Sud. Alors que le Chili s’étend sur 4300 km du nord au sud, notre but est de rejoindre la Patagonie, et plus particulièrement Ushuaïa en Argentine, à 2400 km plus au sud. Après avoir vadrouillé à Santiago (et mangé beaucoup d’empanadas), du côté de la sublime Valparaiso ou encore dans la région des Lacs, nous avons décidé de nous offrir un moment de détente hors du temps sur l’île de Chiloé.

De Puerto Montt à Castro, capitale de l’île de Chiloé

C’est donc depuis la petite ville de Puerto Montt que nous rejoindrons l’île de Chiloé. Après une nuit au sympathique Hotel Angelmontt (on ne se refuse rien), nous avons pris un bus qui nous amènera jusqu’à Castro aux alentours de midi. En effet, se rendre sur l’île de Chiloé ne pose aucun souci, la traversée vers l’île en ferry s’effectuant sans quitter le bus. Plutôt pratique !
Fraîchement arrivés, nous contactons donc Sebastian, notre hôte qui nous amènera à notre hébergement déniché quelques jours auparavant sur Airbnb. Sebastian parle très bien anglais, ce qui est une bonne nouvelle étant donné que nous sommes loin de nous débrouiller en espagnol pour le moment. Il nous proposera au final deux hébergement, un à proximité du centre-ville, et un second un peu plus éloigné. Ce dernier dispose cependant d’une cuisine que ne possède pas le premier. Point important car nous avons prévus de faire la cuisine afin de réaliser quelques économies. Nous nous dirigerons donc vers la maison de Sebastian, ou une chambre nous attend. Castro n’étant pas une très grande ville, nous sommes tout de même très proche du centre-ville et pouvons aisément nous y rendre à pied.

Les fameuses palafitos de CastroSoirée fajitas au programme après avoir fait les courses
Castro, capitale de l’île de Chiloé

Après avoir rapidement pris possession des lieux, nous nous dirigeons donc en ville pour effectuer nos courses pour la semaine. L’occasion pour nous de découvrir les nombreuses palafitos qui font la réputation de l’île. Il s’agit de maisons colorés sur pilotis. Celles-ci, tout comme les églises, sont en bois ici, et c’est ce qui fait tout le charme de Chiloé. Nous rentrons donc après avoir fait quelques emplettes. Un toit, des vivres, il ne nous en faut pas plus pour profiter de l’ambiance apaisante qui règne ici. D’ailleurs, nous déciderons de rester bien au chaud chez Sebastian le lendemain, parce que nous l’avons décidé, tout simplement 😉 De plus, vous savez à force de nous lire que nos « journées off » sont plus souvent l’occasion pour nous d’établir le programme des prochains jours, ou encore de vous écrire de merveilleux articles (haha !), plutôt que de nous prélasser toute la journée.
Le soir venu, nous optons pour une soirée nachos, guacamole et burritos. Nous avons effectivement tendance à nous adaptés plus rapidement à la gastronomie locale qu’à la langue du pays… tant pis pour le côté social, nos estomacs nous disent merci ! C’est donc bien reposé et bien repus que s’achèvera cette première journée sur l’île de Chiloé. Demain, nous daignerons tout de même quitter la jolie maison en bois de Sebastian afin de visiter Castro et Nercon non loin de là.

Palafitos et églises en bois à Castro, Nercon et Achao

Pour cette première journée de visite, nous commençons tout d’abord par nous rendre à Nercon en bus. Il s’agit d’un petit village non loin de Castro, attirant notamment les curieux de notre genre pour la sublime église en bois qui s’y trouve : la Iglesia Nuestra Senora de Gracia. Très authentique et également très coloré, nous avons pu grimper au sommet du clocher, pouvant ainsi admirer de plus près les nombreuses poutres en bois qui soutiennent l’édifice. Nous retournons ensuite à Castro et profitons des miradors de la ville pour admirer à nouveau les palafitos, ainsi que la mer qui nous sépare du continent.
Nous irons ensuite acheter nos billets pour le ferry qui nous permettra de quitter l’île. Se sentant déjà avec un pied à bord en quittant l’agence, nous nous rendrons par la suite au port. Pourquoi ? Pour manger pardi ! Nous jetterons ainsi notre dévolu sur le restaurant La Pincoya. Nous avons lu de bonnes critiques le concernant sur un blog quelques jours plus tôt. Parmi les différents plats à la carte, tous autant prometteurs les uns que les autres, c’est le concato qui attirera notre attention. Il s’agit d’un sandwich de saumon garni de tomates, chorizo et d’une sauce au fromage, le tout accompagné de riz ou de papas fritas. Le mélange saumon/chorizo, qui peut paraître surprenant, est au final un simple délice. C’est donc bien repu que nous passerons l’après-midi à déambuler au marché du port.

La très jolie église Notre-Dame de Grâce à Nercon vue depuis l'extérieur...... et depuis l'intérieurOn a testé le concato au restaurant La Pincoya, une bonne adresse !
Le charmant petit village de Nercon

Le lendemain, nous mettrons le cap sur l’île de Qinchao, et nous rendrons plus particulièrement à Achao, la ville principale. L’église Santa Maria de Loreto qui s’y trouve est également très jolie, tout comme le village de Curaco de Vélez, à 10 minutes en bus depuis Achao. Cette fois-ci, nous resterons aux portes de l’église, fermée. Qu’à cela ne tienne, les bancs de la place publique nous font du charme, et nous ne résisterons pas à une petite sieste. De nouveau prêt à découvrir les environs, nous irons alors sur la côte. Des passerelles sur pilotis longent cette dernière, offrant ainsi la possibilité d’une belle balade en bord de mer. Plutôt sympathique !
Enfin, nous reprendrons le bus ainsi que le ferry pour regagner Castro. En chemin, nous avions prévus de nous arrêter dans la petite ville de Dalcahue, mais l’envie se volatilisera en cours de route. Décidément, l’île de Chiloé tient ses promesses en terme de repos !

L'église de Notre-Dame de Lorette à Achao sur l'île de QinchaoCuraco de Vélez, un joli petit village non loin d'Achao
Balade muy tranquilo à Qinchao

Ancud, dernier stop avant de prendre le ferry pour Coyhaique!

Pour notre quatrième jour à Chiloé, nous avons donc décidé de nous rendre à Ancud, au nord de l’île. Pas d’église en vue cette fois, mais de jolis coins en bord de mer. En nous approchant, nous verrons même des phoques se prélassant sur des rochers éloignés de la côte. Midi approchant, nous rejoignons le centre-ville et mangeons dans un petit restaurant. Le poisson est encore une fois au rendez-vous, proximité avec le port oblige.
Nous irons ensuite nous renseigner dans une petite agence des environs proposant des excursions pour observer les pingouins. La dame, fort sympathique, nous explique qu’à cette période de l’année les excursions sont plutôt rares car elles dépendent de la météo. Elle nous proposera tout de même une autre solution consistant à prendre un bus pour nous rapprocher au maximum des colonies de pingouins. L’idée nous plaira et déciderons donc de prendre le bus le lendemain matin. Disposant de toutes les informations nécessaires, nous rentrons donc pour mieux revenir le jour suivant.

Ancud, un joli coin en bord de merOn passe un très bon moment sur l'île de ChiloéDifficile de ne pas être émerveillé dans un lieu aussi magnifiqueNous avons pu observer des phoques de loin, se prélassant sur ce rocher
Les bords de mer à Ancud

Enthousiastes à l’idée d’observer les pingouins de près, nous nous sommes empressés de rejoindre Ancud afin de sauter dans le bus qui nous mènera à destination. Seulement voilà, nous mettrons pas moins de deux heures à trouver la gare routière… Autant vous dire que le bus ne nous aura pas attendu, Nous tentons tout de même notre chance et prenons le bus suivant. Mais arrivés sur place, force est de constater que la marée haute nous empêche de nous approcher d’avantage, et rend vaine toute tentative d’apercevoir le moindre pingouin.
C’est donc déçu que nous nous dirigeons vers l’arrêt de bus, à une heure de marche de la plage, afin de rentrer à Castro. En effet, il n’y malheureusement pas grand-chose d’autre à faire dans les environs. Nous passerons ensuite deux heures à bouquiner en attendant le bus. Avouons tout de même que le coin est plutôt sympathique, ce qui nous redonnera le sourire malgré tout.

Avant de quitter l’île de Chiloé, nous profiterons des deux derniers jours à nous reposer comme nous l’avions initialement prévu. Le deuxième jour, nous nous rendons donc au port dans la soirée, le départ étant prévu à 23h. Mais c’est finalement 5h plus tard que nous embarquerons, et entamons donc le voyage par quelques heures de sommeil allongés sur des rangées de siège. Il faut dire qu’avec les 30 heures prévues pour rejoindre Coyhaique, nous ne manquons pas de temps. Et si d’autres itinéraires nous auraient éviter un tel trajet, ce dernier aura su nous séduire par son itinéraire au cœur des fjords, nous promettant des paysages plus magnifiques les uns que les autres. Il n’en sera cependant rien, faute au temps brumeux. Cette journée à bord du ferry ne fera donc pas parti de nos plus beaux souvenirs, qu’à cela ne tienne ! Le lendemain matin, nous arriverons enfin à Puerto Chacabucco, ou nous nous contenterons de sauter dans le premier minibus en vue, direction Coyhaique pour de nouvelles aventures !

Au final, l’île de Chiloé aura tenu ses promesses. Véritable havre de paix, c’est une semaine de calme et de repos que nous nous sommes offerts en posant nos sacs à dos ici. Après 9 mois de voyage, nous avons appris à parfois privilégier les moments de détente, et ne le regrettons pas. Chiloé restera donc un très bel exemple de l’idée dont nous nous faisons, à ce jour, du voyage. Ce dernier est cependant loin d’être terminé, et c’est donc regonflé à bloc que nous partons maintenant en quête d’aventures sur notre nouveau terrain de jeu : la Patagonie.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.