D’Arequipa au canyon de Colca, il n’y a qu’un pas


Après 21 jours en Bolivie, nous nous dirigeons vers Arequipa au Pérou. Suite à la visite d’Harmonie et Gwendoline au Japon et de Marion en Birmanie, ce sont Gérard et Raymonde, les parents de Marjo, qui nous retrouveront au Pérou. C’est toujours un plaisir d’avoir un peu de visite et de revoir des têtes bien connus. Nous les retrouverons donc à l’aéroport d’Arequipa, muni d’une affiche haute en couleur que nous avons conçue pour l’occasion. Pour cette première étape au Pérou, nous visiterons la ville, puis nous nous dirigerons vers Cabanaconde, situé en bordure du Canyon de Colca.

Visite d’Arequipa, la ville blanche

Première journée de visite, en bonne compagnie

Comme nous vous l’avons expliqué dans l’un de nos articles sur la Bolivie, nous avons eu la chance de rencontrer Ludo à Sucre en Bolivie. Ce dernier est français et vit depuis plusieurs années au Pérou, et plus précisément à Arequipa. Lorsque nous l’avons croisé, il nous a aidé à préparer notre itinéraire de visite du Pérou avec les parents à Marjorie. Ce dernier nous a également proposé de nous faire visiter la ville d’Arequipa avec eux quand nous arriverons. Etant donné qu’il est guide touristique, nous n’avons pas hésité une seconde à le contacter pour profiter d’un guide fort sympathique et très intéressant !
Pour info, cette ville, appelée la ville blanche, est vraiment très chouette. Il s’agit de la deuxième ville du Pérou. Son centre-ville est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle porte son nom en raison des bâtiments construits dans une roche volcanique de couleur claire appelé le sillar. La ville moderne a été fondé en 1540 par un émissaire espagnol. Avant cela, la vallée d’Arequipa était occupée par les amérindiens Aymaras puis par les Incas.
Avant de rejoindre Ludo sur la place principale, nous visitons l’église de la Compania ainsi que son cloitre. Il s’agit d’une église Jésuite de la fin du 17ème siècle. Sa façade de type baroque est très jolie et comprend des figures de la mythologie Incas (puma, serpent et oiseaux amazoniens côtoyant les anges). A côté, nous visitons le cloitre, très bien restauré et magnifique ! Nous en profitons pour flâner dans les boutiques d’artisanat et de produits locaux.
Enfin, nous rejoignons Ludo directement sur la place principale d’Arequipa, la place des armes. Ce dernier nous emmènera directement dans une cevicheria, un restaurant typique du pays. Ces restaurants servent des ceviches, un plat traditionnel d’Amérique du Sud. Au Pérou, il est composé de poisson cru cuit dans le jus de citron avec du piment, de la coriandre et des oignons. Le poisson est accompagné de patate douce, de manioc et parfois de banane plantains. Nous prendrons également du poisson frit à partager et du jus de maracuja, une sorte de fruit de la passion. Ce fût un délice et nous remercions Ludo de nous avoir emmené dans ce resto que nous n’aurions pas connu sans lui.
Après s’être totalement repu, nous partons avec Ludo visiter la ville. Cette dernière se situe à 2335 m et l’altitude se fait déjà un peu ressentir, notamment pour Raymonde et Gérard qui n’ont pas l’habitude du tout. En premier lieu, nous nous arrêterons au mirador Yanahuarca, situé un peu l’écart du centre-ville. Il s’agit plus précisément d’une place situé dans le quartier du même nom. Cette dernière donne une très belle vue sur la ville. Aux alentours de la place se trouve une belle église que nous ne pourrons pas visiter car fermé. En cours de route, Ludo nous aura également arrêté pour nous présenter les deux volcans entourant la ville. Il s’agit des volcans Misti et Chachani. Le premier volcan, le Misti, culmine à 5826 m d’altitude. La plupart des bâtiments coloniaux de la ville ont été construit grâce à sa pierre volcanique. La dernière éruption a eu lieu en 1985. Le second volcan, le Chachani, est le plus grand de la région des environs d’Arequipa et culmine à 6057 m d’altitude. Les légendes locales lui attribuent traditionnellement le sexe féminin. Aussi, Ludo nous arrêtera chez un glacier proposant du queso helado, une glace faite de lait et cannelle ayant la texture du fromage. Un vrai délice !

Le cloître de l'église de la CompaniaLa cathédrale d'Arequipa
Photo de groupe !
En attendant Ludo, on visite le centre-ville

Nous nous dirigerons ensuite vers Mundo Alpaca, une boutique de vêtement en Alpaca proposant, en amont, de découvrir toute la chaîne de fabrication des textiles à base de laine de Lama en passant par la récolte de la matière, au tri, à la coloration et au filage. Cela se présente sous la forme d’un petit musée permettant de transmettre et de préserver le patrimoine local. C’est ici que nous découvrirons qu’il existe différentes sortes de lama différents : au poil long, court, bouclé, “rasta” et même aux allures de serpillère (ça, c’est Marjo qui le dit !). La couleur de leur poil comprend une quarantaine de nuances différentes. On y aperçoit également la machinerie au fil des années ainsi que le tissage à la main réalisé par des femmes employées du musée, vêtues de costumes traditionnels. Au début de la visite, nous avons également pu approcher des lamas et leur donner du fourrage. Une belle visite et une belle surprise !
Enfin, pour finir la journée, nous irons au marché local où nous goûterons quelques fruits locaux ainsi qu’un très bon jus de fruits pressé directement sur place. Nos papilles peuvent encore une fois remercier Ludo ! C’est d’ailleurs ici que nous le quitterons pour rentrer à l’hôtel ! Nous n’avons pas spécialement faim et décidons de manger le fromage que nous ont ramenés les parents. Nous sommes tellement heureux de pouvoir en manger et de satisfaire nos papilles, littéralement en manque !

Mundo Alpaca, l'endroit idéal pour observer des lamas de prèsVisite de la chaîne de production avec Ludo en guise de guideMarjo tente de lama-douer avec du fourrage ;-)La laine de lama permet le tissage de jolis articles
Visite du musée Mundo Alpaca

La visite du couvent Santa Catalina et du musée Recoleta

Le lendemain, nous visiterons deux couvents différents. Le premier, le couvent Santa Catalina, datant de 1759, est le plus grand couvent du monde ainsi que le plus important édifice du Pérou. Il abrite encore actuellement une communauté de sœur Carmélite. Ce dernier accueillait 450 religieuses qui n’avaient aucun contact avec le monde extérieur. Le couvent est si vaste qu’il est semblable à une petite ville avec ses jardins, ses cloitres et ses parcs. Les sœurs avaient même leurs petites maisons ou elles vivaient à plusieurs. Petite anecdote plutôt rigolote, ce couvent a été en proie à de terribles scandales dans les années 1870. Les nonnes étaient en effet triées sur le volet par la fondatrice du monastère, issue d’une des familles espagnoles les plus importantes. Ces nonnes vivaient de façon plutôt aisé, bien plus que ce que leurs vœux le permettaient. Elles avaient en effet droit à un ou plusieurs serviteurs, autant dire des esclaves. Elles mangeaient dans de la vaisselle en argent et faisaient des fêtes ou elles invitaient des musiciens. Après trois siècle de cette vie plutôt légère, le pape IX mit fin à ce régime privilégié. En tous les cas, il s’agit d’un lieu magnifique, les couleurs rosâtres de ces murs sont très belles et il est très plaisant de se balader dans les petites ruelles du couvent.

Le couvent Santa CatalinaUne cuisine ayant été utilisée par les soeurs carmélitesUne chambre dans la maison d'une soeurLe couvent est vraiment vaste
L’impressionnant couvent Santa Catalina

Avant de rejoindre le second convent, nous nous arrêtons dans un grand restaurant de la ville dont le chef est plutôt reconnu dans plusieurs villes du Pérou : le Cicha Por Acon Acurio. C’est ici que nous découvrirons pour la première fois la viande d’Alpaca. Ce n’est d’ailleurs pas mauvais et les plats servis dans ce restaurant furent un réel délice.
Enfin, l’après-midi, nous irons au musée Recoleta. Ce couvent a été construit par des frères Franciscains en 1648. Entre temps, il a été entièrement reconstruit. La visite du couvent permet de comprendre la vie des frères, mais il permet également de découvrir différents thèmes dans les différentes salles aménagées en ce sens, dont l’Amazonie par exemple. Elle comprend également une magnifique bibliothèque avec des étagères en bois jusqu’au plafond et plus de 20 000 ouvrages, certains vieux de plusieurs centaines d’années. Cette bibliothèque est incroyable ! Encore une fois, nous serons heureux de finir la journée tranquillement à l’hôtel avec du bon fromage français et du vin rouge. Et oui, nous ne pouvons pas laisser tout ce fromage moisir dans le petit frigo de la chambre d’hôtel 😉.

On continue la visite d'Arequipa, direction le musée Recoleta
Le soleil tape fort à Arequipa...La chambre d'un frère franciscainL'impressionnante bibliothèque. On dénombre pas moins de 20 000 ouvrages
Visite du musée Recoleta

Notre aventure dans le canyon de Colca

Après cette sympathique visite de la ville d’Arequipa, nous partons en bus direction Cabanaconde. Il s’agit de la ville située en bordure du Canyon de Colca que nous allons découvrir durant 3 jours de trek. Ce canyon, de 3400 m de profondeur est vraiment très impressionnant : il s’agit du deuxième canyon le plus profond au monde, après celui de Cotahuasi (3535 m de profondeur), qui est également situé au Pérou. La randonnée dans le canyon n’est pas chose aisée. Par endroits, le canyon est vraiment très étroit et certains villages situé dans le Canyon ne sont pas relié au réseau routier. Les habitants utilisent alors des mules pour transporter les vivres.
Le premier jour, nous partons donc de Cabanaconde, pour descendre vers Llahuar et ses sources chaudes pour la première étape du trek. Nous remarquons assez rapidement qu’il est plus compliqué pour Raymonde de suivre le rythme. Nous savions en effet que la descente pouvant être difficile, car nous avons rencontré plusieurs personnes en Bolivie l’ayant faite avant nous. Nous voulions en effet essayer de jauger la difficulté du trek, notamment pour les parents à Marjo. En effet, avec l’altitude et une descente constante sur 4 à 5h, il n’est pas facile pour tout le monde. En plus de cela, le chemin est vraiment très rocailleux, il ne faut pas avoir peur de glisser et de tomber. Il était cependant plutôt compliqué de jauger la difficulté en avance, avant de l’avoir fait par nous-même.
Finalement, nous mettrons… 10h, soit le double de temps à descendre ! Anthony a même tenté de partir en éclaireur trouver une mule pour l’aider à avancer plus vite, malheureusement sans succès. C’est donc armé de beaucoup de patiente que nous descendons petit à petit le canyon. Après quelques heures de marche, nous apercevons au loin la route en contrebas. Gérard prend donc de l’avance et réussira à arrêter une voiture pour retenir le chauffeur afin qu’il attende le reste de la troupe. Il faut cependant savoir que l’espagnol de Gégé est…inexistant. Il sera tout de même aidé par la suite par Anthony, qui s’empressa de descendre pour aider son beau-père en détresse. Monsieur le chauffeur, très gentil, attendra finalement notre arrivé et pourra, pour notre plus grand bonheur et soulagement, nous rapprocher du hameau ou nous avions de prévu de dormir pour la nuit.
Llahuar, le hameau en question, est réellement très petit, et conçu principalement pour les touristes. Nous dormirons dans la guesthouse Casa de Virginia. L’accueil sera d’ailleurs des plus sympa. Les gérants seront étonnés de nous voir arriver si tard. Ils nous prépareront un bon repas avant de rejoindre notre lit. Ce ne seront d’ailleurs pas les seuls à être surpris de nous voir arriver si tard. Nous avons effectivement croisé plusieurs personnes descendant le canyon, dont un couple de français nous précisant s’être inquiété pour nous de ne pas nous voir arrivé. Vraiment sympa ! Enfin, pour finir la journée, nous profiterons rapidement des sources chaudes en bordure de la rivière avant le repas. Ce petit hameau est d’ailleurs réputé pour cela.

Le point de vue Cruz del Condor...... qui porte effectivement bien son nom
Marjo est déjà fatiguée avant même de débuter cette rando...Welcome to the canyon of Colca !Nous voilà descendus dans le canyon
La descente vers Llahuar dans le Canyon de Colca

Du haut du canyon de Colca il est également possible d’admirer des condors, notamment depuis le point de vue naturel Cruz Del Condor. Nous n’irons pas à ce mirador, mais nous verrons tout de même des condors lors de notre périple dans le canyon.
Le lendemain, et après une bonne nuit de sommeil, Marjo et Anthony décident de poursuivre l’aventure dans le Canyon, tandis que Raymonde et Gérard décident de remonter à Cabanaconde en bus. Nous partons donc tous les quatre rejoindre l’arrêt de bus situé non loin du hameau ou nous avons dormi. Ainsi, c’est ici que nous nous quitterons, les parents remontant le canyon en bus, tandis que nous poursuivons notre route dans le canyon. Pour la petite anecdote, le monsieur très gentil qui nous a pris en voiture la veille est venu déposer à Gérard sa casquette oublié dans la voiture. Un pur hasard que le monsieur soit repassé par là ou une pure gentillesse de sa part d’être venu à l’heure de passage du bus ? Finalement, nous ne le saurons jamais.
De notre côté, nous nous dirigeons vers l’oasis de Sangalle. Nous ferons donc environs 2h30 de montée, puis 2h de descente plutôt abrupte. Après la montée, nous nous reposons quelques minutes à un point de vue. Malgré que la vue ne soit pas des plus grandioses, nous sommes contents de souffler avant de poursuivre. En effet, c’est maintenant 2 heures de bonnes descentes qui nous attend jusqu’à l’Oasis. Tout au long de la rando, c’est plus qu’appréciable de ne croiser personne. Seul au monde, nous profitons pleinement de la beauté des lieux.
Une fois arrivée tout au fond du canyon, nous nous arrêterons dans le premier lodge afin de nous y installer pour la nuit. Il en existe plusieurs autres mais cette dernière est la plus intéressante en terme de qualité/prix. Nous retrouverons d’ailleurs le petit couple de français rencontré la veille. Nous passerons une petite partie de l’après-midi à discuter avec eux au bord de la piscine. Cette dernière est d’ailleurs la bienvenue, après plus de 4h de marche dans le canyon. En effet, comme vous pouvez vous en douter, la chaleur y est plutôt torride. Nous poursuivrons la soirée avec un apéro sur la terrasse d’une autre lodge, à discuter avec les français et un autre couple plutôt sympathique. Enfin, nous prendrons le repas du soir compris dans la nuit, puis allons dormir assez tôt.
En effet, nous repartons tôt (à 5h du matin) le lendemain pour rejoindre Cabanaconde où nous attendent les parents. Ce ne sera pas de tout repos car nous devons remonter le cayon d’une seule traite. Nous affronterons donc 1000 m de dénivelé positif, soit environ 3h de marche. Nous arrivons donc là-haut lessivé, mais on ne peut plus fier de nous ! Surtout, nous sommes ravis de pouvoir prendre une douche dans l’hôtel loué par les parents la veille. C’est après un bon repas pris tranquillement en terrasse que nous reprendrons un bus vers Arequipa. Nous y repasserons une nuit et en profiterons pour faire une visite guidée de la Cathédrale avant de prendre un bus de nuit vers Puno où nous attend le très réputé lac Titicaca.

Sur la route qui mène à SangalleL'oasis est encore loin...Une rivière, on se rapproche !Nous y voici, un vrai coin de paradisEt ce n'est pas Anthony qui dira le contraireAprès cette escale, il est temps de reprendre la route vers Cabanaconde
En route vers l’Oasis de Sangalle

Pour ces premiers jours en terre Péruvienne, nous avons déjà visité de très belles choses et vu des paysages atypiques et très chouette. Arequipa est une ville magnifique que nous avons pu découvrir comme il se doit avec Ludo. Pour cette première journée, le Canyon de Colca fût une belle découverte, bien que trépidante. Mais nous en gardons un souvenir qui nous fait bien rire aujourd’hui. Nous avons maintenant hâte de découvrir le fameux le fameux lac Titicaca et ses îles flottantes dont nous avons tant entendu parlé.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.